Qu’est-ce que la dérive ?

La dérive de pulvérisation est le transport de gouttelettes de bouillie phytopharmaceutique par voie aérienne, en dehors de la parcelle traitée, lors de l’application d’un produit. Elle est exprimée en % de la dose appliquée par hectare.

 

La dérive de pulvérisation est influencée par les conditions climatiques (la vitesse du vent, la température et l’humidité relative de l’air non maîtrisables), la technique de pulvérisation et les propriétés physico-chimiques de la bouillie.

 

Comment réduire la dérive ?

Les conditions climatiques ne peuvent être maîtrisées par l’opérateur. Il est donc important de les prendre en considération avant tout traitement. Pour limiter la dérive, il est désormais interdit de débuter une pulvérisation si la vitesse du vent est supérieure à 20 km/h.

schéma vitesse du vent

Il est également recommandé de pulvériser quand la température oscille entre 12 et 20°C et lorsque l’humidité relative est comprise entre 60 et 95 %.

Il est conseillé d’adapter la hauteur des rampes (50 cm au-dessus de la cible) et de réduire la vitesse d’avancement du pulvérisateur afin de limiter la prise au vent de la brume de pulvérisation.

Le choix des buses est également très important. Le type de buses, leurs calibres, l’angle de jet et la pression de travail utilisée influencent la taille des gouttes produites. Or plus le diamètre des gouttes est grand et plus le risque de dérive est limité.

Influence du type de buse sur le diamètre des gouttes produites :

- Buse à induction d’air : grosses gouttes (>450 µm), réduction de la dérive de 50 à 90%

- Buse à pastille de calibrage : gouttes moyennes à grosses (200 à 450 µm), réduction de la dérive de 50%

- Buse à fente conventionnelle : gouttes fines à moyennes (90 à 300 µm), pas ou peu de réduction de la dérive

 

Certain type de matériel comme la présence d’une assistance d’air ou d’une rampe couverte permet également de diminuer la dérive. Il est possible de combiner plusieurs moyens de réduction de la dérive.

L’assistance d’air permet une réduction de la dérive de :

- 75 % avec des buses classiques

- 90 % avec des buses anti-dérive

 

 

 

 La rampe couverte permet une réduction de la dérive de :

- 50 % avec des buses classiques

- 75 à 90% avec des buse anti-dérive

 

 

 

 

La pulvérisation en ligne ou en bande (ex : désherbineuse) permet une réduction de la dérive de :

- 75 % avec des buses classiques

- 90 % avec des buses anti-dérive

 

 

A partir du 1er janvier  2019,pour les agriculteurs et à partir du 1er janvier 2020 pour les arboriculteurs, il sera obligatoire d’utiliser du matériel permettant de réduire la dérive de minimum 50 %.

Les buses anti-dérive 50% reconnues en Belgique sont reprises ici.

La liste complète du matériel et des buses anti-dérive reconnus en Belgique est disponible dans le guide pratique Protection des eaux de surface lors de l’utilisation de produits phytosanitaires édité par le SPF Santé Publique.

 

Pourquoi réduire la dérive ?

Optimiser le traitement

Pour qu’un traitement soit efficace, le produit doit atteindre sa cible. Pour cela, l’applicateur vise, en général, à couvrir un maximum de surface (recouvrement de la culture, nombre d’impacts/cm²) avec un minimum de bouillie (volume/ha), tout en cherchant à limiter les pertes par volatilisation, dérive ou ruissellement (taille des gouttes).

Pour faire le choix des buses les mieux adaptées aux objectifs de qualité de la pulvérisation et de limitation des risques de dérive, nous vous renvoyons vers le dossier « Réduction de la dérive de pulvérisation » dans LE MAG' n°1 de juillet 2017.  

Protéger l’eau

Pour protéger les organismes aquatiques et préserver la qualité des eaux de surface des produits phytopharmaceutiques entrainés par de la dérive de pulvérisation, les utilisateurs doivent respecter des zones tampons auxquelles doivent pafois être associées des mesures anti-dérives.  

Protéger les organismes non ciblés

Les exigences relatives à la réduction de la dérive de pulvérisation ne concernent pas uniquement la protection des eaux de surface.

En effet, pour préserver les insectes/arthropodes et plantes non cibles en bords de champ, l’application de certains produits est conditionnée à l’utilisation de matériel anti-dérive. Le niveau de réduction de dérive à atteindre est indiqué sur l’étiquette de ces produits et doit être utilisé sur l’ensemble de la parcelle traitée. 

Pour aller plus loin

Consultez le guide des zones tampons et des mesures anti-dérive à respecter en Wallonie.

La brochure  Protection des eaux de surface lors de l’utilisation de produits phytosanitaires éditée par le SPF.

Le dossier « Réduction de la dérive de pulvérisation » dans LE MAG' n°1 de juillet 2017

Testez l'outil gratuit en ligne Outil d'évaluation du risque de dérive de pulvérisation FR / En allemand 

La brochure Mesures de réduction de la dérive pour les arthropodes/insectes non-ciblés et les plantes non-ciblées éditée par le SPF

Base légale

Utilisation des pesticides compatible avec le développement durable – AR du 19 mars 2013

Utilisation des pesticides compatible avec le développement durable – AGW du 11 juillet 2013

Nouvelles mesures relatives aux pulvérisations - AGW 14 juin 2018 

Téléchargez les outils du projet TOPPS :

La brochure Bonnes pratiques pour une meilleure protection des ressources en eau - Réduire la dérive de pulvérisation du projet TOPPS PROWADIS.

Le livret Guide des bonnes pratiques pour la limitation de la dérive de pulvérisation du projet TOPPS PROWADIS.

 

 Dernière mise à jour 23/10/18