Le Programme de Gestion Durable de l’Azote en agriculture impose que chaque exploitation dispose de superficies en suffisance pour épandre les fertilisants organiques sans risque pour l’environnement.

L’utilisation de fertilisants organiques a notamment pour fonction d’assurer la fertilité à long terme du sol, son maintien en humus et sa résistance à l’érosion. Dans l’optique d’une agriculture durable, l’agriculteur doit rechercher un équilibre entre l’élevage, les cultures et les prairies de son exploitation.

Le taux de liaison au sol (ou LS) correspond au rapport entre l’azote à épandre ET l’azote qui peut être valorisé par les cultures. Il est calculé pour l'ensemble des agriculteurs wallon. Pour les exploitations situées en zone vulnérable, un second taux de liaison au sol est calculé.

Pour l'ensemble des agriculteurs wallons

Un taux de liaison au sol dit global (LS global) est calculé sur base de la formule suivante basée sur des capacités d'épandage de 230 kg Norg/ha de prairie et de 115 kg Norg/ha de culture:
 
 
 
LS GLOBAL azote organique produit + azote organique importé - azote organique exporté
                                                                     (prairie x 230) + (culture x 115)
 
 
Le LS global doit être inférieur à 1.
 
En zone vulnérable (ZV)
 
Pour les exploitations dont une partie ou l'entièreté des parcelles est située en zone vulnérable, un second taux de liaison au sol dit "LS zone vulnérable" est réalisé sur base d'une capacité d'épandage de 170 kg Norg/ha sur l'ensemble des hectares de l'exploitation.
 
 
 
LS ZONE VULNERABLE azote organique + azote organique importé - azote organique exporté
                                           ((prairie zv + culture zv) x170) + (prairie hzv x 230) + (culture hzv x 115)
 
 
 
En zone vulnérable, le "LS zone vulnérable" ET le "LS global" doivent être inférieurs à 1. Dans tous les cas, ce sera le taux de liaison au sol le plus élevé qui sera pris en compte.

Depuis 2016, les données prises en compte dans le cadre du calcul du taux de liaison au sol sont:

  • Les données "superficies" (via la déclaration de superficie) de la période comprise entre le 1er janvier  et le 31 décembre de l'année de calcul.
  • Les données "cheptel" (via sanitrace) de la période comprise entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'année de calcul. 
  • Les quantités notifiées dans le cadre de contrats de valorisation durant la période comprise entre le 1er avril de l'année de calcul et le 31 mars de l'année suivante. 
  • Les contrats de pâturage réalisés entre le 1er avril de l'année de calcul et le 31 mars de l'année suivante.

LS

 

Connaître son LS prévisionnel avant le 31 mars...

Les agriculteurs wallons peuvent consulter sur Talisol (mode d'emploi) un taux de liaison au sol basé sur les données "superficies" et "cheptel" de l'année de calcul et sur les données "contrats" dont l'administration a les informations au 1er février. Cela permettra aux agriculteurs dont le taux de liaison au sol est supérieur à l'unité de réaliser les transferts nécessaires avant le 31 mars sur base des contrats de valorisation.

Le taux de liaison au sol définitif sera transmis aux agriculteurs au mois de juin suivant l'année de calcul.