L’objectif principal de la Directive-cadre sur l’eau est d’atteindre un bon état des masses d’eau de surface et souterraine. En Wallonie, les quatre principaux districts (Escaut, Meuse, Oise et Rhin) ont été découpé en 33 masses d’eau souterraine et 354 masses d’eau de surface, pour réaliser les évaluations de la qualité. 

Masses d’eau de surface

En ce qui concerne les eaux de surface, un « bon état » signifie un bon état écologique et chimique. L’état écologique est évalué sur base d’indicateurs biologiques, physico-chimiques et hydromorphologiques. 
Les évaluations les plus récentes révèlent que 56 % des masses d’eau de surface ne sont globalement pas en bon état en Wallonie. Les problèmes se situent principalement dans le district hydrographique de l’Escaut et dans quelques sous-bassins mosans (Sambre, Vesdre, Meuse aval) où la qualité biologique des cours d’eau est généralement la moins bonne. En 2015, les concentrations en nitrate n’étaient pas bonnes dans 20 % des masses d’eau (> 25 mg/l) et les pesticides dépassaient les normes de qualités environnementales dans 5 à 10 % des cas.
 
 

Masses d’eau souterraine

 
Pour les masses d’eau souterraine, l’objectif est d’atteindre un bon état quantitatif et chimique. Pour ce dernier critère, c’est notamment le respect des normes de potabilité en nitrate et en pesticides qui est visé par la Directive. 
Sur la période 2010-2015, 40 % des masses d’eau n’atteignaient pas le bon état. L’état chimique pose essentiellement problème dans le district hydrographique de l’Escaut. Les altérations sont liées au nitrate (46 %), aux pesticides (8 %), à une combinaison de pesticides et de nitrate (31 %) et à d’autres polluants (15 %)
 
Pour aller plus loin : consulter le site état de l'environnement wallon